PowerTech va développer un système BMS intelligent et hautement modulaire pour le projet MARBEL, promu par la CEE : « la batterie VE du futur ».

Notre entreprise a été sélectionnée et enrôlée dans un nouveau projet d’innovation mené par l’Union européenne. Nous sommes fiers de participer au projet MARBEL, dont l’objectif est de développer une batterie de véhicule qui répond aux critères d’acceptation pour l’avenir, à savoir l’écoconception, la modularité, l’utilisation de matériaux recyclés et écologiques, la fabrication additive, la recharge ultra-rapide et, enfin, les faibles coûts de fabrication.

Notre contribution à ce projet est majeure puisque nous serons chargés de développer un système de BMS distribué et ultra-communicant pour la gestion, le contrôle et le pilotage de cette batterie de nouvelle génération.

Le but ultime de ce projet est de produire cette batterie du futur pour un modèle de voiture du groupe FCA (FIAT-CHRISLER) à partir de la fin 2024.

Ce projet débutera en janvier 2021 et est financé par le programme européen d’innovation H2020 à hauteur d’environ 11 millions d’euros.

Plus de détails sur le projet MARBEL :

Dans le but d’accélérer l’adoption par le marché de masse de batteries ultra performantes pour les véhicules électriques à batterie (BEV) et les hybrides rechargeables (PHEV), Le projet MARBEL (Manufacturing and Assembly of modular and Reusable Battery for Environment-friendly and Lightweight mobility) basera ses approches, solutions et innovations autour du concept de polyvalence comme axe dans l’ensemble du projet. Il se concentrera sur la nécessité de disposer de batteries à charge rapide et à longue durée de vie pour stimuler les demandes des utilisateurs finaux, tout en appliquant une grande modularité et une facilité d’assemblage et en développant de nouvelles méthodes d’essai pour la sécurité, la rentabilité et la circularité.

MARBEL concevra, développera et démontrera de nouveaux blocs de batteries modulaires, compacts, légers et à haute performance, ainsi que des systèmes de gestion de batteries flexibles et robustes pour ces BEV et PHEV, tout en maintenant les niveaux de sécurité, en permettant une production à grande échelle rapide, de haute qualité et rentable et en suivant les principes « made by Ecodesign ». Un ensemble de modules faciles à assembler et à désassembler faciliterait la fabrication et le démontage de différentes configurations de batteries partageant le même processus de production et des éléments communs.

MARBEL développera et qualifiera les futures procédures d’essai innovantes liées aux performances et à la sécurité des fonctionnalités développées, telles que l’utilisation de boîtiers miniaturisés, un banc d’essai flexible simulant les conditions d’intégration en VE (véhicule électrique en boucle, eVIL) et l’intelligence artificielle comme outil permettant de réduire le temps des expériences en laboratoire.

MARBEL vise un triple objectif : une solution pour les personnes, les entreprises et la planète.

MARBEL devrait avoir des retombées scientifiques et technologiques importantes, et favoriser l’apparition et la consolidation de nouveaux acteurs (en particulier des PME) et de modèles commerciaux, renforcer la position Européenne sur le marché mondial des batteries et contribuer à la réalisation d’objectifs
environnementaux et sociétaux
.

En outre, l’approche MARBEL repose sur les piliers suivants :

  • Conditionnement avancé des cellules à l’aide d’une méthodologie de conception pour l’assemblage (DfA) et le désassemblage (DfD).
  • Packaging des cellules Lithium léger et durable.
  • Solutions et processus pour le recyclage durable et la seconde vie des batteries.
  • Systèmes flexibles, modulaires et intelligents de BMS (Battery Management Systems).
  • Stratégies de charge ultra-rapides et gestion thermique améliorée.
  • Futures procédures d’essai liées aux performances et à la sécurité.
  • Le consortium MARBEL est composé de 16 partenaires de 8 pays européens différents, représentatifs de la collaboration multipartite visée et des moteurs commerciaux nécessaires pour développer le bloc de batteries du futur.

    Tesla passe à la technologie Lithium Fer Phosphate


    Lors de la récente présentation des résultats du 2e trimestre de Tesla, Elon Musk a confirmé que les batteries au lithium-fer-phosphate (aussi appelées LFP) joueront un rôle clé dans l’alimentation électrique des véhicules produits par l’entreprise, à commencer par la Tesla Model 3 :

    L’efficacité totale des véhicules est devenue suffisamment bonne – avec le modèle 3 par exemple – pour que nous soyons réellement à l’aise d’avoir une batterie au phosphate de fer dans le modèle 3 en Chine. Elle sera produite en série dans le courant de l’année. Nous pensons donc qu’obtenir une autonomie de l’ordre de 200 à 300 miles (ndlr : presque 500km) avec une batterie au phosphate de fer en tenant compte de toute une série de facteurs liés au groupe motopropulseur et à d’autres aspects de l’efficacité des véhicules

    Et cela libère beaucoup de capacité pour des projets comme le Tesla Semi et d’autres projets qui nécessitent une densité énergétique plus élevée [batteries]. Vous disposez donc de deux chaînes d’approvisionnement que vous pouvez exploiter : le phosphate de fer ou le nickel [chimies à base de nickel]

    .

    L’avantage fondamental du LFP est que, par rapport aux cathodes à base de nickel traditionnellement utilisées, ses principaux minéraux constitutifs – fer, phosphates et, plus récemment, traces de manganèse – sont très abondants et relativement peu coûteux. Le minerai de fer, par exemple, est extrait à un volume de près de 3 milliards de tonnes chaque année, soit mille fois plus que les quelque 2,5 millions de tonnes de nickel qui sont extraites chaque année.

    Ensuite, il y a les problèmes bien connus entourant le cobalt, avec des chaînes d’approvisionnement éthiquement complexes, des quantités limitées extraites (dont la plupart sont déjà réclamées pour la fabrication de batteries), et des prix élevés.

    Tesla utilise au moins deux variétés de batteries nickel-cobalt, de Panasonic (NCA) et LG Chem (NCM), et a essayé de minimiser la quantité de cobalt nécessaire, mais il y a toujours une certaine exposition au cobalt, et l’exposition au nickel est évidemment inévitable, c’est l’ingrédient clé dans cette catégorie de chimie des batteries.

    Dans l’ensemble, les minéraux clés pour les batteries LFP sont donc beaucoup plus abondants, et les prix sont plus faibles (et plus stables) que ceux des minéraux pour batteries à base de nickel. Cela se traduit par le fait que les batteries LFP sont déjà légèrement moins chères que les batteries à base de nickel par kWh. Les minéraux constitutifs étant si peu coûteux et la densité énergétique des cellules LFP s’améliorant constamment, ce prix par kWh pourrait encore baisser dans les années à venir.

    Les batteries PowerRack à bord du bateau logistique « Fludis »

    Inauguré en Septembre 2019, le bateau Fludis est équipé du système de batteries Lithium PowerRack de PowerTech lui permettant une navigation 100% électrique dans le centre de Paris.

    Ce projet de logistique urbaine durable se pose en solution aux difficultés rencontrées par les acteurs du transport de marchandises en ville, en proposant un bateau entrepôt en mesure d’assurer les étapes de préparation de tournées, d’accueillir les équipes logistiques, ainsi que de transporter les vélos-cargos utilisés pour le dernier kilomètre.

    Grâce à l’utilisation rationnelle du bateau entrepôt, et à son indépendance vis-à-vis d’infrastructures de chargement / déchargement sur quai, et aux dimensions compatibles avec les canaux, le système peut s’adapter à chaque agglomération traversée par un cours d’eau navigable.


    Le bateau Fludis a été conçu pour avoir le plus faible impact environnemental possible : propulsion 100 % électrique avec batteries lithium. Le bateau Fludis compte aussi un groupe électrogène pour prolonger l’autonomie. Au port de Gennevilliers, il peut se brancher à de l’électricité à quai. La consommation est évaluée à 70 litres de gazole non routier par jour pour le trajet entre Gennevilliers et Paris. Dans Paris, le bateau navigue à l’électricité. Il est auto-déchargeant, c’est-à-dire que deux grues sont installées à bord, ce qui évite tout engin de manutention à quai, « pour une meilleure insertion de l’activité en ville et davantage d’agilité ».

    La firme IKEA bénéficie de ce bateau d’un nouveau genre. L’entreprise suédoise avait ouvert un dépôt en février sur le port de Gennevilliers pour se rapprocher de la capitale. Elle profite aujourd’hui de cet emplacement pour prendre le large sur la Seine. Les vélos cargo, qui peuvent transporter jusqu’à 250 kg, vont livrer à domicile les clients des arrondissements centraux (du Ier au VIIe). « 30 % des commandes peuvent être prises en charge », détaille Ikea.

    Première Mondiale : « Ducasse sur Seine », premier bateau restaurant Étoilé Michelin 100% Electrique, équipé du système de batteries PowerRack

    Ducasse sur Seine - PowerRack
    Ducasse sur Seine – PowerRack

    La société PowerTech Systems est heureuse d’annoncer qu’elle équipe le bateau 100% électrique « Ducasse sur Seine » de son système de batteries Lithium modulaire  PowerRack .

    Ce bateau 100% électrique (propulsion, équipement de bord, cuisines, etc.) est alimenté intégralement par nos batteries Lithium Ferro Phosphate représentant une énergie stockée de 720 kWh répartie en deux banques de PowerRack totalement indépendantes.

    Le système de batteries PowerRack, certifié par le Bureau Veritas au début 2018, se compose de 24 armoires de 30kWh en 700V continu, connectées en parallèle. Ces batteries représentent un poids d’environ 9 tonnes à bord. Ce système en armoire permet de limiter la place au sol et d’empiler l’énergie sur toute la hauteur des cales, ce qui rend l’installation compacte et intégrée au bateau.

    Le « Ducasse sur Seine » est en production depuis le 10 Septembre 2018. Il ravit les papilles de ses passagers 2 fois par jour (déjeuner et dîner), tous les jours de la semaine. Le voyage au cœur de Paris se fait sans vibrations, silencieusement, et sans aucune pollution.

    L’inauguration officielle du Ducasse sur Seine a eu lieu le 25 Septembre 2018 en présence de Madame Anne Hidalgo, maire de Paris, et d’autres personnalités.

    Un streamliner propulsé par une batterie Lithium Ion PowerTechSystems !

    Estaca_PowerTechSystems_batterie_lithium_ion_fer_phosphate_12V_ecologique

    21 étudiants ingénieurs français en aéronautique du groupe Estaca avaient un rêve ! Celui de participer à la Semaine de la Vitesse de Bonneville avec un véhicule atypique… Un streamliner électrique ! Et ils l’ont fait !

    Novembre 2017

    Estaca__PowerTechSystems_On_The_Salt_12V_Lithium_Ion_Iron_Phosphate_battery

    Ne battant pas le record de 345km/h, ils ont tout de même réussi à lancer leur bolide électrique à près de 250km/h sur le lac salé de Bonneville, aux Etats-Unis.

    Le streamliner était équipé de deux moteurs de formule 1 électriques, de technologies de pointe, d’une batterie au lithium ion Fer Phosphate… Cette dernière est fabriquée par PowerTech Systems. Bien préparés, ils n’étaient pas loin du record de vitesse de la voiture écologique !

    Un projet ambitieux de 7m de long qui a déclenché de vives réactions renforçant notoriété et curiosité sur les technologies du futur.

    Affaire à suivre avec de nouvelles idées de projets comme la construction d’une voiture de course… Et la participation à une saison complète de « free racing » (course automobile à bas coût)

    Un projet suivi par PowerTech Systems :

    En savoir plus sur :

    Le projet « Estaca On the Salt » sur facebook
    Le savoir-faire de PowerTechSystems